Chanson Légende Saint-Antoine à Blehen

Version Wallonne

On djoû è paradis,
N-a l’ bon Diu qui dèrit
Hoûtez grand Sint-z-Antône
Dihindez djus d’vosse trône.
Alez-oûy wice qu’i v’ plêt
Èt prindez vosse pourçê.

Version française

Un jour au paradis
Y a l’bon Dieu qui a dit
Écoutez Saint Antoine
Il faut que j’vous éloigne.
Prenez vot’ balluchon
Et surtout vot’ cochon.

Sint-z-Antône so çoula
Dri l’ oreye si grèta
Èt d’ ha vochal l’ afère
Dji va ralé sol tére.
Èt d’ hinda to d’on trêt
A cavaye so s’ pourçê.

Saint Antoine sur cela
L’oreille il se gratta
Et dit quelle belle affaire
Je retourne sur la terre.
Et il s’enfuit à fond
A ch’val sur son cochon.

Èl compagne dihindou
Lava y veût Hanout
Vola dis-st-i ‘ne bèle plèce
Po les ac’lèveûs d’ bièsses.
Colons, poyes èt cokês
Robètes èt crås pourçês.

Quand il fut descendu
La-bas il vit Hannut
Trouva l’endroit superbe
Pour les él’veurs de bêtes.
Poulets, coqs et pigeons
Lapins et gros cochons.

Dj’a la on vî k’pagnonn
Pus grand qu’tos cès bouhons
Ine vrêye tour Malakov’
C’est m’camaråde Cristofe.
Mi prumi côp tchapê
Po lu, hay, mi pourçê.

J’ai là un compagnon
Plus grand qu’tous ces buissons
Une vraie tour Makakof
C’est mon ami Christophe.
J’enl’vrai mon capuchon
Pour lui, hein mon cochon.

Tins, qui vinse fé don twè
Amon les hanutwès
O ! dji k’noh ti pinsêye
Ti cwîrs chal ine coulêye.
Ti vas piède li cèrvê
Vî fré avou t’ pourcê.

Que viens-tu fair’ donc toi
Parmi les hannutois
Je connais ta pensée
Tu cherches une ″reposée″.
Tu n’as rien dans l’bouchon
Frère avec ton cochon.

Mins vola d’vant zèls treûs
Sint-pîre tot tchôd tot reû
Tot doûs l’ monteûre s’èbale
Mins Cristofe è s’ potale
Dji t’va drovi l’ potê
N’a chal trop’ di pourcê.

Mais voilà d’vant les trois
Qu’Saint Pierre arrive tout droit
La discussion s’emballe
Mais Christophe d’sa potale
J’ai une solution
Ici y a trop d’cochons.

Antône volez-v’ èsse bin
Tinez, prindez Blèhin
C’è-st-onk di nos viyèdje
N’a plèce po vosse manèdje.
Sint-Pîre vos djåzez bê
Dji va r’bridé l’ pourcê.

Antoine veux-tu être bien
Et bien prends donc Blehen
C’est un de nos villages
Y a place pour ton ménage.
Saint Pierre que vous êtes bon
Je reprend mon cochon.

Tot-z-intrant d’vins Blèhin
I d’ha bondjoû bravès djins
Vèya Marèye Rosoux
Qui dihindéve sès soûs.
Èt r’toûrna tot d’on trêt
Tot carèssant l’ pourcê.

Il entre dans Blehen
Salue les citoyens
Et voit Marie Rosoux
Qui lui donne un bisou.
Crénon quelle tentation
Pour lui et son cochon.

Chal è l’ èglise Sint-Pîre
Tos les dî sèt djanvîr
S’rindèt a pîd d’ Antône
Walons, canifich’tônes.
Onk po s’ vatche, onk po s’ vê
Turtos po leû pourcê.

Depuis vous êtes conviés
Tout les 17 janvier
D’vous rendre aux pieds du Saint
Wallons et même ″flamints″
Pour chat ou bien bichon
Mais tous pour vot’ cochon.

D’vins l’ tins l’ ofice fini
So les grés dè parvis
On féve li vinte ås cwesses
As tripes ås d’ meyes tiesses
Elle alève a souhêts
Po l’oneûr dès pourçê.

Dans l’temps l’office fini
Sur les seuils du parvis
On vendrait des cot’lettes
Des tripes, des demis têtes.
Elle allait à foison
Pour l’honneur du cochon.

Al’ apèl dès vindeûs
On boutéve come dès leûs
On raconte èco ouy
Wice qu’alît cès dispôyes
Al cûre a plin banstê
Po lès pôves sins pourcê.

A l’appel du vendeur
On misait plein d’ardeur
Et aujourd’hui on chante
Que le produit d’la vente,
Remplissait des cruchons
Pour les pauvres sans cochon.

Èt pwis on n’roûvîve nin
Sûr li manèdje dè Sint
C’esteût come oûy tchandèles
Drapôs, fleurs èt dintèles,
Rin a veyi d’pus bê
Qui l’ Sint avou s’ pourcê.

Et on n’oubliait pas
Tous ceux qui était là
Y avait des chandelles
Drapeaux, fleurs et dentelles.
C’était tellement bon
Que l’Saint et son cochon.

Nos sov’nans dès bontés
Qui l’ Sint ståre tos costés
Priyans ossi qui våye
Nos miné sol bèle vôye
Qu’on nome li streût pazê
Minme a dj’vå so l’ pourcê.

Nous rapp’lant des bontés
Que l’Saint a dispensé
Prions comme autrefois
Qu’il nous mette sur une voie
Où y a pas d’ ronchons
A ch’val sur un cochon.

Traduction française par Louis Fraipont

Laisser un commentaire